Mis en ligne dans Chaîne tradition, Tahiti d'antan | 0 commentaire

Tentons maintenant le difficile passage de l’extrême pointe de la presqu’île de Tahiti (Polynésie française). Ce lieu se dénomme le Pari. Ici, plus de lagon, plus de route, plus de bande côtière. Acrobatique, le passage à pied devient impossible. Transportées on ne sait comment, des noix de coco ont germés dans les crevasses des rochers et donné naissance à ces curieux troncs.

Nous ne dramatiserons rien, mais cet endroit n’est pas exempt de danger. Il n’avait d’ailleurs jamais été filmé. En effet, l’alternance de hauts et de bas fonds, rend en toutes saisons la mer agitée, et l’accès possible seulement aux embarcations de faible tonnage. On frémit en songeant à ce que serait la côte tahitienne si elle n’était protégée des assauts de l’océan par sa précieuse ceinture de corail. Après cette traversée, très conditionnelle, nous retrouvons de l’autre côté de la presqu’île le dernier lagon de la côte Est (de l’île de Tahiti). Dans ces parages, vit un européen, surnommé « l’homme nature », sans doute à cause de sa frugalité, mais encore à cause de sa tenue. Jugez-en, nous l’avons filmé à son insu à l’aide d’un téléobjectif car la vue d’un appareil de photographie le rend furieux. Le décor s’adoucit dans ses contours.

A nouveau l’agréable quiétude des lagons et rivières. Entre autre qualité, les tahitiens sont d’une propreté souvent ignorée des populations européennes. Ils aiment l’eau et se baignent fréquemment. Ce shampoing est quotidien, tellement plus sain et naturel que les méthodes pratiquées sur les continents. C’est dans ce cadre bucolique que nous lierons connaissance avec notre petite amie : Hina. Si elle vous agrée, réjouissez-vous, elle ne nous quittera plus d’ici la fin de notre voyage. Ici, point de route. Un imprécis sentier, parallèle au rivage. Pas davantage de pont pour franchir les embouchures de rivières. Tantôt à pied, tantôt en pirogue, nous découvrons notre paradis. Les cases sont espacées, les indigènes d’un type plus affirmés.

Affables, ils nous offrent ce dont ils disposent. La nature est généreuse. Sur les récifs, nous trouvons en abondance une sorte d’escargot de mer, dénommé « maua ». Nous les consommerons accompagnés de noix de coco. La coquille brisée, la chair lavée, le maua se mange cru, mais encore cuit sur la braise, ou au four. Par cette étroite plage, le long d’un immense lagon, nous gagnerons le village de Tautira, où s’ouvre la route de la côte est. A l’ouverture de la route de Tautira, un radier franchit la rivière. Lorsqu’il y a crue, les tahitiens ne connaissent qu’une méthode : la patience. Pour peu qu’ils soient nantis d’une guitare et de quelques nourritures, le niveau s’est abaissé avant la fin des agapes.

 »<strong>Réalisation</strong>
				:' />
				<span class=
Type : Série de mini documentaires Thème : Images d’archives du Tahiti d’antan Titre : Tahiti d’antan Synopsis : Tahiti d’antan nous entraine à la découverte de la Polynésie française de 1940 à 1970, à travers des images d’archives commentées provenant de plusieurs fonds. Durée unitaire : 5 minutes Episodes: 10 Langue : français Formats : 4/3 et 16 9ème
 »Réalisation:  »Production

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Apprendre à dire CIEL en reo Tahiti
Ciel : ra'i, une glottale. On associe au ciel l'image d'un dos. On dit aussi reva dans le sens espace, atmosphère. La cosmogonie polynésienne compte une multitude de cieux, ra'i, dont le premie...
Surf à Tahiti : 2ème jour de compétition, OPT Horue 2001
Marc Suard : Ce jour là, on était allés avec des Hawaïens, et… c'était gros… Je ne suis pas sorti du tube, j'ai bu la tasse et je pensais que j'allais y passer. Heureusement derrière, il n'y...
Heiarii, piroguier de Vairao, Taiarapu Ouest à Tahiti
Marguerite Lai : vous qui suivez notre émission Mata'eina'a tour, bonjour. Nous allons parler aujourd'hui de ce qui se trouve juste derrière moi, la pirogue. Rejoignons Heiarii dans son club qui a...
Fan de Tahiti : Jean-François Clervoy à Moorea
Jean-François Clervoy : La Polynésie vue de l’espace, c’est un chapelet de perles, un peu désordonnés avec des îles un peu plus grosses, certaines montagneuses, d’autres juste sous for...
Top