Mis en ligne dans Chaîne Création, Talents | 0 commentaire

Andrée Lebel : Je viens du Canada, plus précisément du Québec qui est une province francophone ; et je suis née dans une ville est au bord du fleuve. C’est très important pour moi parce que toutes ces couleurs de l’eau, tout cet imaginaire qui arrive avec le fleuve, cela a beaucoup nourrit mon enfance.

J’ai dû commencer vers peut-être dix, douze ans avec la gouache, mais j’en rêvais depuis toute petite parce que pour moi, je me souviens, il y avait des catalogues et ce qui était le plus beau dans les catalogues pour moi c’était les boîtes d’artistes. Ils vendaient des boîtes d’artistes avec toutes les couleurs… et je pouvais trouvais ça tellement beau, je pouvais passer des heures à regarder ça et quand j’ai acheté ma première boîte d’artiste (j’avais gardé pour payer ma première boîte d’artiste parce que mes parents n’étaient pas tellement trop d’accord avec ça) j’étais tellement heureuse, et ça, cela a été mon premier grand, grand bonheur !

Et la couleur m’a toujours allumé si l’on peut dire… même une boîte de crayons de couleur, je trouve ça d’une beauté mais vous ne pouvais pas vous imaginer !

Alors j’ai commencé à faire de la gouache et j’ai commencé l’huile vers treize, quatorze ans, c’est quand même très tôt, mais j’ai eu la chance… Et j’ai commencé aussi avec l’abstrait parce que j’ai eu la chance d’avoir un peintre abstrait qui habitait pas très loin de chez nous, qui était très connu, qui donnait des cours. Il faisait de grandes toiles complètement abstraites, et pour moi ça a été comme une ouverture extraordinaire, ça a été un point très important parce que ça m’a permis de voir que l’abstrait était possible, que l’on pouvait s’exprimer sans passer par tout l’académisme et ça a été bien important. Et un jour, je ne sais pas, j’en ai eu comme assez de toutes ces couleurs et ce qui me touchait c’était le noir et blanc. Tous les dessins japonais, avec juste une petite ligne noire dans une masse de blanc, ça me fascinait.

Ensuite, cela fait déjà peut-être une coupe d’années que j’ai le goût de travailler les bleus et d’ailleurs c’est un peu pour ça que je suis à Tahiti où il y a une variété de bleus et de verts absolument fascinante.
J’ai le goût aussi de travailler avec des tissus parce que j’ai eu une période collage aussi entre l’acrylique et l’huile, et ici je crois que je vais peut-être essayer d’explorer des choses dans cette optique-là. Evidemment quand on explore, on ne sait jamais trop ce qui va sortir, des fois ça marche, des fois ça marche pas… mais c’est vraiment excitant parce que toutes les fois tu as l’impression de renaître. C’est sain en plus de ça parce que je pense qu’un artiste doit continuellement se renouveler parce qu’à partir du moment où tu as exploré quelque chose que tu maîtrises, une certaine forme d’art, je pense qu’il est temps de penser à autre chose, parce qu’après le danger c’est de se répéter et de se copier soi-même, d’où il n’y a plus aucun intérêt.

Donc moi je suis toujours à la recherche de nouveaux matériaux, de nouvelles façons de travailler, et je pense que Tahiti dans ce sens-là va être quelque chose d’extraordinaire pour moi.

Moi, je travaille surtout sur l’émotion, ça a toujours é té, presque toujours en tout cas, ma démarche de base. Quand je commence une toile, je ne sais pas ce que ça va être, mais chose certaine, je sais l’émotion que je veux aller chercher, que je veux atteindre. Donc la couleur, je trouve ça bien pour l’émotion parce que la couleur s’adresse directement à l’émotion, c’est un lien direct, c’est assez puissant, et donc, ça a été une des raisons pour lesquelles j’ai travaillé beaucoup la couleur. Finalement on pourrait résumer en disant que je sais peindre les émotions.

<strong>Réalisation</strong>
				: Claire Schwob' />
				<span class=
Type : Série de magazines Thème : Portraits d’artistes polynésiens Titre : Talents Synopsis : « Talents » nous entraine à la rencontre des créateurs polynésiens : peintres, sculpteurs, écrivains, musiciens, chanteurs, danseurs,… à travers des portraits intimistes des artistes et de leurs oeuvres. Durée unitaire : 4 minutes Episodes: 8 Langue : français Formats : 4/3
Réalisation: Claire Schwob Production : Creative.tv

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Apprendre à dire CHANTER en reo Tahiti
Chanter : himene. Un « h », une voyelle longue, accentuée. Himene vient du mot anglais « hymne » signifie chanter, chant. Chanter qui se dit aussi pehe, pehepehe, fa'atara, ‘anau, ‘oto, pa...
Bien dans mon corps à Tahiti : apprendre à être heureux
Dans la vie, il n'est pas toujours facile de rester de bonne humeur. Peut-on rester serein voire heureux quelle que soit la situation ? Des études ont révélé que le bonheur est principalement dû ...
Artisan d'art : les bijoux
A Tahiti les bijoux ne sont pas un symbole de vanité des choses humaines et des désirs, bien au contraire. Constitués des matières les plus nobles des entrailles de la terre ou de la mer, ils en...
Hôtels polynésiens : Nuku Hiva Keikahanui Pearl Lodge
tué dans un magnifique jardin tropical, le Keikahanui Nuku Hiva Pearl Lodge (hôtel du groupe pearl resorts) surplombe la baie et le village de Taiohae. Cinquante marches d'escalier en contrebas, s'...
Top