Mis en ligne dans Artisan d'art, Chaîne Création | 0 commentaire

Hiro Ouwen : on a ici en Polynésie la chance d’avoir la nacre, c’est une matière extraordinaire.
On peut trouver les couleurs les plus irisées de la nacre dès que l’on travaille en profondeur. La première étape c’est la réflexion, le travail de dessin est très important, donc élaborer le dessin sur plan et puis voir ensuite de quelle manière on le réalise.

Il faut créer, même des fois le soir, il arrive que je me lève la nuit parce que j’ai des idées qui me travaillent. J’ai toujours un petit carnet chez moi où je prends note de tout ce qui me passe par la tête. La mère nourricière de la perle, c’est la nacre, donc toute la partie idéalisée de la perle, on la retrouve dans la nacre.
C’est le savoir-faire polynésien, nous, on a rien inventé. Les leurres pour la pêche à la bonite que l’on a retrouvés dans des fouilles 300 ans après Jésus-Christ, ils ont plus de 1700 années d’existence !

Le travail de la nacre est très important dans le milieu ancestral parce que lors des fouilles, aussi bien aux Marquises, aux Iles de la Société, aux Australes même aussi tout récemment, on a retrouvé beaucoup de matériels en nacre, notamment des ébauches de ces hameçons et l’on retrouve toujours un petit peu ces leurres à bonites qu’utilisent encore nos pêcheurs actuels. On sait comment ils réalisaient cela. C’est par percussion, avec le limage aussi, avec des branches de coraux ou des épines d’oursins à crayon par exemple qui servaient à affûter ces hameçons.

Mais pas uniquement pour la pêche, pour les parures aussi. Je m’inspire beaucoup de ces parures anciennes réalisées avec de la nacre que l’on a trouvée dans des fouilles de Huahine par exemple. C’est une grande satisfaction surtout au moment où tu vois la parure réalisée, on pourrait la mettre autour du cou.

Moi-même je la mets sur moi et je me regarde dans la glace par exemple. Nos ancêtres on su réaliser avec talent tout ce qui est ornements, parures… Toujours dans ma tête, je me mets un petit peu à cette époque-là de travail. Nous, on a rien inventé je dirais.

<strong>Réalisation</strong>
				: Jacques Navarro-Rovira' />
				<span class=
Type : Série de magazines Thème : L’artisanat d’art en Polynésie française Titre : Artisans d’art Synopsis : L’artisanat est l’une des ressources essentielles de la Polynésie française. Vannerie, sculpture, travail de la nacre… Nous rencontrons ces artisans issus de tous les archipels, qui nous accueillent dans leur atelier et nous font partager durant quatre minutes les différentes phases d’élaboration de leurs créations. Durée unitaire : 4 minutes Episodes: 5 Langue : français Formats : 4/3
Réalisation: Jacques Navarro-Rovira Production : Bleu lagon productions

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Artisan d'art : les bijoux
A Tahiti les bijoux ne sont pas un symbole de vanité des choses humaines et des désirs, bien au contraire. Constitués des matières les plus nobles des entrailles de la terre ou de la mer, ils en...
Flore polynésienne. Si Tahiti m'était conté
Dans le domaine de la surprise et du déconcertant, ce modeste continent tient une place importante. Jugez-en ! Voici des poteaux de clôture qui, enfoncés à coup de masse, bourgeonnent, surgeonnent...
Makatea, l'île phosphate de Polynésie française
Makatea, qui pendant plus d’un demi-siècle a marqué la vie économique de la Polynésie française. Depuis le port de Temao niché dans une échancrure de la falaise, a été lancé au-delà des r...
Fan de Tahiti : Thierry Lhermitte à Tahiti, Huahine, Moorea et Rangiroa
Thierry Lhermitte : retourner à Huahine, c’était dingue. On a eu un accueil incroyable avec tous les gens qui ont travaillés sur le film, je ne m’attendais pas du tout à ça. Il y a eu u...
Top