Mis en ligne dans Chaîne Découverte, Mata'eina'a tour | 1 commentaire

Bonjour à vous qui suivez notre émission Mata’eina’a tour. Nous sommes toujours à Tahiti iti. Ce que vous voyez là, ce sont des ananas, et nous retrouvons justement Papa Vana qui nous parle de sa passion pour la culture de ces fruits.

Bonjour Papa Vana.

Bonjour.

Comment ça va ?

Qu’il pleuve ou qu’il fasse beau, ça va toujours.

Raconte-nous comment tu as commencé à cultiver les ananas.

A la base, je n’étais pas un planteur d’ananas, je plantais le taro, la patate douce, mais tout ne pouvait s’écouler, et de plus, les souris et les bestioles mangeaient mes patates. Alors un vieux m’a dit : « si tu jettes une tête d’ananas, ça pousse et ça produit tout seul. »

Et c’est vrai ?

C’est vrai. Mais si tu veux planter sur des dizaines ou des centaines d’hectares, ce n’est plus la même chose. J’ai donc planté des ananas et l’on m’a envoyé à Paris afin d’exposer nos produits locaux cultivés, et d’en faire ainsi la promotion. J’ai rencontré là-bas un thaïlandais avec qui j’ai discuté, il parlait français et il voulait m’amener chez lui, dans son pays. Je lui ai dit que je n’avais pas d’argent et que je ne parlais pas sa langue mais il m’a répondu qu’il se chargeait de tout. Je suis donc allé en Thaïlande, et à mon départ, il m’a donné un livre assez coûteux.

J’ai fait selon le livre (qui concernait la culture de fruits), mais il y a une différence entre la théorie et la pratique ! Pour me former, je suis allé à Moorea, à Rarotonga et à Hawaii. Je suis également allé voir quelques anciens, mais ils ne partageaient pas leurs connaissances. C’est toujours comme ça ! C’est lorsqu’ils disparaissent que l’on se dit : « il ne nous a même pas transmis son savoir ». C’est comme la médecine traditionnelle. Pierrot, un vieux de Hiti’a m’a dit qu’il y avait six façons de planter l’ananas, et je lui ai demandé lesquelles. Ce que je sais, c’est qu’il faut mettre la tige en terre, lui, m’a dit que c’était à moi de trouver le reste. Il ne m’a rien dit d’autre, alors j’ai cherché. Qu’ils soient plantés couchés, debouts, éloignés ou serrés, ils poussent chaque fois différemment. C’est ce que j’ai trouvé. Mais ce qu’il voulait me faire comprendre, c’est que c’était à moi seul de m’en sortir et non pas à lui de faire mon travail. Ainsi, j’ai fini par réellement trouver. Les travailleurs sont maintenant partis, et j’ai continué tout seul.

C’est difficile comme travail ?

Lorsque l’on commence, on est maladroit. En général, on a peur des pointes, pourtant elles sont toutes petites. Quel que soit le travail, ce n’est pas facile au début, mais dès qu’on a la main, ça coule comme l’eau dans le lit de la rivière. Par contre, il faut vraiment avoir envie. Tu ne dors que d’un oeil, à quatre heures trente, tu prends ton café et tu t’en vas. C’est ça la bonne heure de cinq à sept, il fait tellement chaud ! Ce fruit n’aime pas l’ombre des arbres. Plus le soleil est fort, plus l’ananas est sucré.

Aujourd’hui, tu es tout seul à travailler ?

Je prends avec moi mes enfants et mes petits enfants qui ne travaillent pas. J’ai aussi pris d’autres personnes, la terre est à moi, je laboure, on plante ensemble et l’argent est pour eux, pendant neuf mois. On plante également des cocotiers sur les limites des terres, des manguiers, des avocatiers et beaucoup d’autres arbres fruitiers. Comme ça, lorsqu’ils partiront, les uru ou les mangues commenceront à produire et il y aura à manger pour tous. Avec les cocotiers, il y aura également à boire. Il n’y a pas encore d’eau là haut, mais bientôt, les tuyaux arriveront jusqu’à la maison… Ce n’est qu’une question d’argent. Mais lorsque les travailleurs auront fini, je serais encore tout seul, à travailler quarante deux hectares. Cela ne me fait pas peur.

Merci de nous avoir reçus.

Très volontiers.

Je suis épuisé d’avoir essayé de trouver un seul ananas sur ces quarante deux hectares. Mais voici des piments, ce n’est pas dur à trouver et le pied est bien rempli. Voilà ce que je vais manger. Merci et au revoir.

 »<strong>Réalisation</strong>
				:' />
				<span class=
Type : Série de magazines de proximité Thème : Rencontres avec les habitants de Tahiti Titre : Mata’eina’a tour Synopsis : chaque semaine, nos animateurs partent à la découverte d’une commune de Tahiti. Ils y rencontrent les habitants, fiers de partager, dans leur langue, l’amour de leur commune. Grâce à eux, nous découvrons, selon les épisodes, l’histoire, les secrets cachés de la nature, la vie des jeunes, l’économie et les activités de leur lieu d’habitation. Durée unitaire : 5 minutes Episodes: 10 Langue : français Formats : 4/3
 »Réalisation:  »Production

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

1 commentaire

  1. 29-8-11

    bravo papa vana chapeau

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Apprendre à dire Pays natal en reo Tahiti
Pays natal :'ai'a, une voyelle longue, deux glottales. ‘ai'a désigne le pays, la terre qui nous a nourri. ‘ai'a signifie aussi patrie, héritage. Après chaque migration, les Polynésiens tent...
Histoires d'eau : rencontres sous-marines en Polynésie
Rencontre avec les différentes espèces de poissons qui peuplent les fonds sous-marins polynésiens : de l'impressionnant napoléon aux petits poissons clowns qui se cachent dans les anémones de mer...
Apprendre à surfer à Tahiti : le cut back
Patricia Rossi, championne de surf, vivant à Tahiti, en Polynésie française, nous propose d'étudier le cut back. Le cut back désigne une manœuvre de surf permettant d'exploiter une partie molle ...
Développement des métiers de l'audiovisuel en Polynésie française
La première session de formation du diplôme aux métiers de l'audiovisuel s'est tenue du lundi 5 au samedi 10 octobre à l'Université de Polynésie française. Cette formation proposée par le serv...
Top