Mis en ligne dans Chaîne Actualité, Je crée mon emploi | 0 commentaire

Raymond Amaru fabrique des ukulele à Tahiti
J’ai été chanteur avant, musicien, depuis 1957 jusqu’en 77, quand je suis revenu de Guam, j’ai arrêté. Après j’ai commencé à chanter un peu dans des expositions artisanales, je faisais l’animateur. Et voilà, c’est comme ça que je suis arrivé. Et j’aime les instruments, c’est comme que j’ai fabriqué des ukulele.
Cela vient de mon père adoptif qui était luthier, ébéniste, charpentier… Et je l’ai vu faire des ukulele et des guitares aussi, en même temps et c’est resté en moi, jusqu’à l’âge de… Quand j’avais 40 ans, c’est depuis ce temps que j’ai commencé à fabriquer des ukulele.

Quand j’ai commencé, je n’avais pas assez d’outils pour les faire. J’ai essayé par mes propres moyens de fabriquer mes outils, pour cintrer le bois, tout ça… Ça a été très dur. Mais au fur et à mesure, je voyage un peu, je vais à Hawai, je regarde un peu leur système de cintrage du bois, et c’est comme ça que j’ai commencé à créer mes outils moi-même, et cela me facilite énormément maintenant la fabrication des ukulele.

C’est beaucoup de travail d’ailleurs. Il faut choisir le bois, il faut le faire sécher plusieurs mois, après il faut travailler le bois… Pour fabriquer un ukulele, il faut compter à peu près une semaine pour faire un ukulele. Maintenant, si ceux qui veulent apprendre à faire un ukulele, il faut le faire. Je ne sais pas moi ! Prenez un ukulele, démontez-le et puis regardez comment on fait !

C’est rentable. J’ai beaucoup de clients qui viennent commander, j’ai même des clients qui viennent de l’étranger, j’ai des appels de Nouméa qui me commandent des ukulele. Maintenant j’ai beaucoup de commandes, surtout les retraités, les femmes retraitées qui veulent acheter des ukulele, parce que maintenant il y a beaucoup de femmes qui apprennent à jouer du ukulele. Ça m’arrange ! J’ai beaucoup de clients.

Les jeunes d’aujourd’hui, ce qu’ils veulent, eux, c’est d’avoir tout fait. Ce n’est pas ça qu’il faut faire. Il faut piocher, il faut essayer de trouver. Il y a beaucoup de travail que l’on peut faire comme l’artisanat, la pêche, un peu de tout… On peut améliorer tout ça, même l’agriculture… Il y a beaucoup de trucs à faire !

En savoir plus : Assemblée de la Polynésie française . Ccism

Réalisation: Claire Schwob
Type : Série de magazines Thème : Entreprendre en Polynésie française Titre : Je créé mon emploi Synopsis : Nombre de Polynésiens ont des talents, des idées, une volonté d’améliorer leur situation et celle de leur proche par le travail. Dans ce contexte, il est apparu fondamental de soutenir et d’encourager ces micro-entrepreneurs qui peuvent connaître des difficultés dans leurs démarches.

Les nombreuses initiatives publiques et privées de ces derniers mois en faveur de la création d’entreprise témoignent de la nécessité de soutenir les porteurs de projets dans leurs initiatives et de faciliter l’accès à l’information pour tous. Rassembler en un seul et même lieu tous les partenaires concernés par le parcours du créateur, depuis les premières réflexions du projet professionnel à la formalisation des démarches administratives et la gestion de son activité, représente une véritable opportunité pour mieux s’informer, s’orienter et s’engager vers une création d’activité.

La démarche engagée par l’Assemblée de la Polynésie française et ses partenaires se veut la plus concrète et pragmatique possible. Ainsi, des ateliers pratiques, des rencontres/témoignages entrepreneurs, des bilans individuels de compétences et des stands d’information de tous les partenaires seront proposés au public.

Durée unitaire : 3 minutes 15 Episodes: 8 Langue : français Formats : 16 9ème Copyrights : Assemblée de la Polynésie française / Ccism

Réalisation: Claire Schwob Production : Creative.tv

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , ,
Glisse en Polynésie : Manoa Drollet
Si d'aventure vous posiez la question aux surfeurs professionnels : mais qui est le meilleur surfeur à Teahupoo ? Beaucoup et parmi les meilleurs d'entre eux vous répondront « Manoa Drollet ». Son...
Tahiti d'antan : escale à Tahiti en 1960
Tahiti fut de tout temps une destination de prédilection pour les cinéastes étrangers, avides d'exotisme et sensibles à l'exceptionnelle lumière naturelle polynésienne. Films, images d'archi...
Culture de taro et fête du Me à Rurutu, aux Australes
Les grandes vallées aux sols exceptionnellement fertiles permettent aux habitants de Rurutu de cultiver de nombreuses variétés de fruits et légumes. Oskar, depuis son plus jeune âge, suit les...
1er symposium de la perle de culture de Tahiti
Le lancement de l'anniversaire de la Perle de Tahiti lors du 1er symposium de la Perle de culture de Tahiti à la Présidence de la Polynésie Française a eu lieu le le 20 Janvier 2011. Ce prem...
Top