Mis en ligne dans Chaîne tradition, Tahiti d'antan | 0 commentaire

On prépare le poe de papaye, dessert à base d’amidon et de fruits. Le poe de banane est confectionné de la même façon. D’abord cuites à l’eau, les bananes sont ensuite pétries avec de l’amidon.

Ce poe est enveloppé dans des feuilles de bananiers et ainsi prêt à être mis au four. C’est du manioc qu’est extrait l’amidon essentiellement pur qui entre dans la préparation de ces aliments. Voici le pied de manioc. Les gens chargés du four ont égalisé l’amas de pierres brûlantes puis en ont prélevé quelques-unes destinées à faire cuire à part un autre dessert composé essentiellement d’amidon. Cette pâtisserie cuira au contact même de la pierre brûlante, ce qui lui donnera un parfum particulier. Ajoutez du sucre, du lait de coco et coupez avec des couteaux en bois. Mais voici le moment d’utiliser notre four;

Sur un tapis de côtes de palmes de cocotier recouvrant les pierres échauffées sont disposés les aliments à cuire. On place d’abord le porc, puis les urus, fruit de l’arbre à pain, les fei, sorte de banane rouge, seulement consommables cuites, les bananes ordinaires, les paquets de poe, le dessert tahitien, les légumes : ignames, « taroa », taros, « oi » … Et, sur des feuilles de uru, les chevrettes, grosses crevettes d’eau douce. On peut ajouter encore poulets, canards, langoustes ou crabes.

Simultanément à cette préparation s’achève le tressage de nattes de feuilles de purau, destinées à recouvrir les aliments.

Les voici en place, elles-mêmes recouvertes de feuilles de uru séchés. Coiffant le tout, une nouvelle protection rigoureusement étanche, faite également de feuilles de purau tressées. Enfin, pour recouvrir l’ensemble, une couche de terre de vingt à trente centimètres d’épaisseur, sans laisser le moindre orifice. Durée de la cuisson : une heure et demie à deux heures. C’est tout juste le temps utile à dresser le couvert sur des feuilles de bananiers et des palmes de cocotier ; et à confectionner les couronnes destinées aux invités. Oui, à Tahiti, on offre les couronnes aux vivants, c’est tellement mieux ! A cette cadence ouvrière, les deux heures sont vite écoulées ; voici les convives. Attention les popa’a, ne marchez pas sur la table.
L’ouverture du four est une cérémonie non dénudée d’émotion ! Retrait de la terre, puis de la couverture étanche… et tous les aliments apparaissent cuits à point. Ne supposez pas que le porcelet ait une saveur de poisson ou que le dessert embaume les chevrettes. Nullement. Chaque met a conservé son fumet. Ouverts, puis arrosés de lait de coco, les paquets de poe sont coupés en morceaux ; et je vous assure que c’est excellent. Tout le monde à table ! Enfin ! Si l’on peut dire… Mais il manque le chef de district et Madame. Ia orana ! Les voici.

Désirez-vous un peu de miti hue. Mais non Madame, enfin, cela ne se boit pas. C’est une préparation de coco avant maturité et mélangée à de l’eau de mer, dans laquelle a baignée une chevrette, ce qui l’a fait légèrement fermenter. C’est d’ailleurs dans cette sauce que l’on plonge tous les aliments : porcelets ou poissons, volailles ou légumes. Eh oui ! Chacun se sert et mange avec ses doigts. C’est bien plus « monamona », ou si vous préférez plus naturel, plus savoureux. Le repas s’achève, le vin rouge a créé l’ambiance et l’ambiance ici est musique et danse.

Tourné en 1953 par Alphonse et Charles Hollande, « Si Tahiti m’était conté » est le premier documentaire sonore et en couleur produit et réalisé à Tahiti. Le film nous entraîne dans le Tahiti des années 50, à Papeete tout d’abord puis tout autour de l’île.

Type : Série de mini documentaires Thème : Images d’archives du Tahiti d’antan Titre : Tahiti d’antan Synopsis : Tahiti d’antan nous entraine à la découverte de la Polynésie française de 1940 à 1970, à travers des images d’archives commentées provenant de plusieurs fonds. Durée unitaire : 5 minutes Episodes: 10 Langue : français Formats : 4/3 et 16 9ème
Production : Opt, Video prod, Tahiti nui companies, etc.

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Surf à Tahiti : 3ème jour de compétition, OPT Horue 2001
Patricia Rossi : Le Horue, c'est un peu une fête avec la grande famille du surf où tout le monde est réuni, même les anciens qui viennent étant donné qu'il y a un price money assez imposant donc...
Surf à Tahiti : Taapuna Master n°1
Première journée de la Taapuna Master, compétition de surf, bodyboard et longboard dans la passe de Taapuna, sur l'île de Tahiti (Polynésie française) ! Après la bénédiction des lieux, les...
Tahiti d'antan : la visite du gouverneur Sicot en 1958
Les Marquises. Desservies régulièrement par les goélettes, les îles reçoivent aujourd’hui un bateau de la Marine Nationale. A son bord, le gouverneur Sicot et quelques fonctionnaires. La premi...
Bora Bora cruises, croisière à Bora Bora
Bora Bora se trouve à 240 km au nord-ouest de Tahiti dans les Iles sous le vent. L'île principale (4,225 habitants) se situe dans le centre d'une lagune colorée, entourée par les îlots à...
Top