La prise du jour ! Quelle sera sa destination ?
Les vahine vont nous renseigner. Celle-ci, revenant du marché, va se livrer sous nos yeux à la confection du réputé poisson cru. A cette époque, parmi les personnalités que le tourisme avait conduit jusqu’à Tahiti, figurait Sam Letrone, cuisinier bien connu des gastronomes de France. En dépit de ses vastes connaissances en matière culinaire, il lui restait à apprendre comment se prépare le poisson cru. On coupe tout d’abord le thon ou la bonite en petits cubes. Le chef est attentif, en Europe il n’aura plus de vahine instructives à sa disposition. Aussi n’hésite t’il pas, comme l’on dit, à mettre la main à la pâte. Mais la manière dont il s’y prend mérite bien l’assemblée.

Le poisson macèrera deux heures environ dans du jus de citron pur additionné d’une poignée de sel. Pour être petits et verts, les citrons tahitiens sont plus riches en sucre et plus parfumés que les variétés des autres pays. Après avoir baignée dans le jus de citron, la chair du poisson apparaît presque blanche. Il faut alors la presser. Sam est impatient de connaître le résultat… Mais ce n’est pas terminé !

Ajoutons des tomates, puis des œufs durs, et enfin de l’ail, échalote, persil et du lait de coco et notre préparation sera terminée. Et quelle que soit votre opinion présente, je ne connais aucune européenne ni aucun européen qui recula devant la dégustation d’une assiette de poisson cru. Sam peut enfin satisfaire sa curiosité.De retour à Tahiti, nous visiterons la partie de la population la plus heureuse de l’île : les enfants ! Ces rejetons s’efforçant à l’ordre sont en majorité des métis. Hormis dans les îles éloignées, il n’existe pratiquement plus de Tahitiens de sang pur. Mais nous vous l’avons dit : tant de navires ont fait escale depuis deux cents ans à Tahiti… Leur comportement nous montre qu’ils sont passablement émus par la présence des appareils de prises de vues.

Mais, dès l’école abandonnée, que sont les jeux de cette enfance du bout du monde ? Grimper au cocotier ? Y cueillir un papeari, c’est-à-dire une fraîche noix de coco, afin d’en boire le contenu ?

En auriez-vous fait autant Mesdames, à onze ans ? Durant que votre grand frère se fut livré à un temps de galop sur une monture dépourvue de selle et d’étrier… La plus fréquente détente : le bain de rivière, et le pas de danse en honneur des visiteurs. A celle-ci, serait-il difficile de prédire l’avenir ? Mais la soeurette ne partage point sa gaité, car, selon la formule rituelle : ça fait honte, paie ! Et notre bande joyeuse part ensuite en pirogue. Adieu heureuse jeunesse des Mers du Sud !Beaucoup plus calmes que les petits enfants européens, voici la classe 1975, pas encore d’école. Mais n’est-il pas cruel de parler d’école ou de service militaire lorsque la nature généreuse vous entoure d’un pareil spectacle ? On voit bien que ceux qui ont inventé la civilisation s’ennuyaient dans leur pays !

Parlez-leur plutôt d’art… et l’art ici, c’est la chorégraphie. Jugez-en : ceux-là ont trois ans. Au revoir !

Réalisation: G. de Broca, P. Sintes, Frères Hollande, Claire Schwob, etc.
Réalisation: G. de Broca, P. Sintes, Frères Hollande, Claire Schwob, etc. Production : Opt, Video prod, Tahiti nui companies, etc.
Type : Série de mini documentaires Thème : Images d’archives du Tahiti d’antan Titre : Tahiti d’antan Synopsis : Tahiti d’antan nous entraine à la découverte de la Polynésie française de 1940 à 1970, à travers des images d’archives commentées provenant de plusieurs fonds. Durée unitaire : 5 minutes Episodes: 10 Langue : français Formats : 4/3 et 16 9ème

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Si vous avez aimé cette article, vous aimerez aussi :

Partagez !
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Share On Youtube
Contact us