La raie manta est un géant des mers. Pouvant peser jusqu’à 3 tonnes, c’est parmi le plus grand des poissons actuels avec le requin baleine et le requin pèlerin. C’est un poisson pélagique, c’est-à-dire qu’il se rapproche peu souvent des fonds sous-marins et qu’il ne dépend pas d’eux pour vivre. En effet, la forme de son corps est adaptée à une nage quasi-permanente. Leurs ailes sont en fait des nageoires hyper développées qui lui permettent de se déplacer.

Les raies manta sont même capables de sauter : Elles peuvent effectuer des sauts spectaculaires de plusieurs mètres de hauteur.Ces sauts servent à se débarrasser des parasites comme les poux de mer qui se fixent sur sa peau. Certains scientifiques pensent que l »accouchement des petites raies pourrait se réaliser également lors de ces sauts.

A cause de sa taille et son apparence, cet animal imposant est lié à de nombreux récits et légendes. Autrefois, le fafarua était considéré comme un animal agressif et malfaisant. Par exemple, aux Tuamotu, on raconte qu’elle empêchait les pêcheurs de nacre de remonter à la surface en s’étalant au dessus d’eux.
D’ailleurs, la raie manta est également appelée diable des mers, à cause de cette mauvaise réputation et de la présence des deux cornes en avant de la tête. La raie manta est en réalité tout à fait pacifique. Elle mange du plancton qu’elle capture grâce à ses cornes. Elle est capable de les bouger et de les orienter pour leur donner la forme d’un entonnoir qui forme un piège très efficace lorsqu’elle nage.

Sa taille l’oblige à se nourrir en grandes quantités, c’est pour cela qu’on la rencontre dans les endroits où le plancton est abondant comme par exemple au niveau des passes. Des poissons suivent souvent les raies manta.Ce sont des rémoras, des poissons qui ne gênent pas du tout les raies et qui se servent d’elles un petit peu comme d’un moyen de transport.

A part la fuite, la raie manta n’a pas de moyen de défense car contrairement aux raies léopards et aux raies pastenagues, elle n’a pas de dard venimeux à la base de la queue. Heureusement, la raie manta a très peu de prédateurs.L’orque et les grands requins comme le requin marteau et le requin tigre peuvent occasionnellement l’attaquer si elle est blessée ou épuisée. En Polynésie, l’homme n’est pas un prédateur de la raie manta puisqu’elle n’y est pas consommée.

En revanche, elle est particulièrement vulnérable aux filets de pêche dérivants et aux structures des fermes perlières. Elles s’y emmêlent, se blessent et peuvent y mourir. Actuellement, la raie manta n’est pas encore considérée comme une espèce menacée. Même si elle se raréfie dans certains endroits du monde comme au Golfe du Mexique par exemple, leur popularité et leur intérêt touristique conduit de plus en plus les gouvernements à mettre en place des programmes de protection. Les raies manta attirent partout où elles sont présentes des milliers de plongeurs. Afin d’éviter certains abus, le gouvernement de Polynésie a interdit la détention de ces animaux en captivité.

Réalisation: Claire Schwob
Réalisation: Claire Schwob Production : Tahiti nui companies
Type : Série de magazines Thème : La faune et la flore polynésiennes Titre : Te natura Synopsis : face aux mythiques plages de sables blancs, la nature verdoyante des îles de Polynésie française, reste parfois en retrait. Cette série de magazines met en avant les merveilles de la nature des îles de Polynésie française. Partez à la découverte de la flore et la faune polynésienne. Durée unitaire : 4 minutes Episodes: 10 Langue : français Formats : 4/3

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Si vous avez aimé cette article, vous aimerez aussi :

Partagez !
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Share On Youtube
Contact us