Miguel Calvo-Hunt.
Je suis d’origine argentine, je suis né à Buenos aires et à un moment j’ai décidé de passer à autre chose en prenant bien évidemment l’avion et en quittant mon pays. J’avais fait quand même déjà quelques pays de l’Amérique latine, notamment le Brésil, cela a été une première rencontre avec des couleurs magnifiques puisque ce sont des pays qui travaillent avec des couleurs extrêmement fortes.

J’associe énormément la matière, quelque soit le pays où je vais, je récolte un petit peu ce qui traine à droite et à gauche et à partir de là je fais mes tableaux dans la plupart des cas.

Au départ, je ne voulais pas vendre mes œuvres, mais je pense que je n’étais pas le seul comme beaucoup d’artistes, et quand on m’a « obligé », quand on m’a dit « voilà, vas-y ! »… Mais c’est toujours difficile pour un artiste quand on lui demande de vendre ses œuvres ! A des copains, à des amis, c’est une chose… Mais quand on est confronté au véritable regard d’une exposition, ça, c’est pas les amis, c’est pas les copains, c’est le regard des autres. Je pense qu’un artiste doit être prêt au regard des autres, ce n’est pas toujours évident !

Dans mon cas, c’était plus simple car étant déjà dans un milieu artistique, j’étais confronté à ce regard (non pas d’acteur bien sûr) mais confronté tout au moins à l’ambiance sur les plateaux, ou dans des tournages, sur des plateaux de tournage, donc ça, je le connaissais. Mais ma première exposition, ça a été un moment vraiment énorme, parce que là, on prend vraiment conscience véritablement du regard des autres et j’ai eu vraiment beaucoup de chance (ou ils m’ont peut-être menti) mais en tout cas, c’était quelque chose de très positif.

Souvent on dit un artiste… Je dis souvent que le mot « artiste » il faut le laisser pour la jet set parce que bon… Moi je dis toujours, je suis plutôt un marchand de couleurs, un artisan des couleurs. Parce que j’ai en souvenir… il y a un an, j’ai remporté un concours « une idée, un déchet », ici en Polynésie, c’était assez étonnant. Moi, je plonge souvent dans le lagon, et j’avais trouvé une grille de barbecue, une espèce de ferraille qui trainait et j’ai fabriqué une lampe. Je me suis dit, le tout c’est de participer…

Et en finalité c’était fort sympathique parce que j’ai remporté le premier prix. Cela m’a fait énormément plaisir et par la suite on m’a demandé d’exposer au Musée des Iles lors d’une exposition collective. J’avais fait le symbole du sida, car le pape venait de dire, pour moi, une grosse bêtise, en disant en Afrique qu’il ne fallait pas utiliser les préservatifs, et je me disais qu’il y a quand même des millions de gens qui se battent toujours pour sauver des vies… et je pense que la religion c’est bien, mais il faut laisser la religion s’occuper de la religion et il faut laisser les médecins et la médecine s’occuper de cela, et les artistes, quand ils peuvent dire quelque chose avec leur moyen d’expression, je trouvais ça formidable de pouvoir le faire et cela a été un grand plaisir aussi d’y participer.

La Polynésie, c’est comme beaucoup de réponses, c’est pratiquement la même : j’ai une amie qui est là installée depuis une quinzaine d’années, qui m’a dit : ce serait bien que tu passes me voir, me faire un petit clin d’œil en Polynésie… Et je suis venu pour rester uniquement un mois, et ce mois s’est transformé en mois de plus et en mois de plus, et maintenant ça fait un an. Petit à petit, on sympathise avec d’autres artistes, nettement ici, au Méridien, car on a la chance d’avoir un directeur d’hôtel qui est ouvert à l’art ; il a donné la place aux artistes et je trouve ça vraiment fantastique. Souvent, il y a des artistes qui sont passés ici (j’ai fait plusieurs fois l’atelier), et on dit « quand on est nombreux on n’arrive pas à s’isoler », mais dans le fond, quand on est dans sa peinture, on s’isole même malgré le bruit et tout ce qui peut y avoir autour.

Ce qui est bien c’est de voir les couleurs et la façon de travailler de chacun, donc on partage des moments, on apprend des uns et des autres car on a une vision sur certaines peintures et c’est cela qui est magique de travailler ensemble dans un atelier ; c’est ça qui est bien, de pouvoir partager des moments avec d’autres artistes. Je pense que le résumé d’un atelier c’est (en dehors de l’endroit et du cadre, qui est magnifique) le partage avec d’autres artistes.

Réalisation : Claire Schwob
Réalisation : Claire Schwob Production : Creative.tv
Type : Série de magazines Thème : Portraits d’artistes polynésiens Titre : Talents Synopsis : « Talents » nous entraine à la rencontre des créateurs polynésiens : peintres, sculpteurs, écrivains, musiciens, chanteurs, danseurs,… à travers des portraits intimistes des artistes et de leurs oeuvres. Durée unitaire : 4 minutes Episodes: 8 Langue : français Formats : 4/3

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Si vous avez aimé cette article, vous aimerez aussi :

Partagez !
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Share On Youtube
Contact us