Situé en Polynésie française, au sud de Papeete (île de Tahiti) et en plein coeur du Pacifique, l’archipel des Australes se compose de cinq îles principales au relief typique des îles hautes, anciens volcans. Ces montagnes, érigées dans le ciel, sont entourées d’une barrière de corail, protégeant sur certaines îles un magnifique lagon au camaïeu de bleus.
Les nombreuses falaises, vestiges des très anciennes irruptions volcaniques, plongent dans la mer, non loin des plages paradisiaques de sable blanc.

L’archipel des Australes est très peu peuplé. En effet, la population totale dépasse à peine les 6000 habitants. Ceux-ci vivent dans de petits villages en bord de mer entourés d’une nature généreuse et préservée. Le « fiu », nonchalance locale, rythme le quotidien des villageois, qui bénéficient pourtant d’un des climats les plus frais de Polynésie Française.Les activités sont nombreuses aux Australes. L’une d’elles, l’agriculture, est une des ressources premières de ces îles ; le taro est le produit alimentaire de base de l’archipel. Cette plante à rhizome est cultivée comme le riz, dans des marécages irrigués. Les sols des Australes sont exceptionnellement riches et fertiles et l’on y cultive tous les fruits et légumes communs des régions tempérées.

L’on y cueille également le pandanus, matière première du tressage artisanal. Ces feuilles vertes sont triées puis laissées à sécher afin d’être tresser. Cette occupation est l’apanage des femmes qui se réunissent en famille, ou en associations, afin de tresser les feuilles sèches pour en faire des chapeaux ou bien des paniers qui seront vendus aux marchés.Très respectueux du savoir et des croyances des anciens, les Polynésiens ont conservé leurs marae, lieux de culte autrefois destinés à la célébration de la vie religieuse et sociale du clan. De ces grandes plate formes ou terrasses pavées, entourés par des murets et
construits avec des blocs de basalte ou des dalles de corail, il ne reste aujourd’hui que quelques pierres posées qui donnent lieu à de nombreuses légendes.

Malgré leur attachement évident aux rites et manifestations religieuses d’autrefois, les Polynésiens sont de fervents pratiquants. Les messes ne se ratent sous aucun prétexte, et c’est toujours avec beaucoup d’entrain que les habitants des Australes chantent les Himene le dimanche à la messe. La religion est aussi prétexte à d’immenses fêtes, comme celle du Me. Les habitants se retrouvent à cette occasion dans les chants et les prières, puis organisent des visites guidées dans chaque maison afin de déterminer quelle sera la plus belle et la mieux équipée. Chaque accueil se fera selon la coutume sous la projection de
talc et de parfum. Le périple durera toute une journée, ponctué de chants pieux dans les maisons des villageois malades.

Les longues marches entre chaque maison sont parfois fatigantes mais cela n’empêchera personne, sur la fin du trajet, de fêter la journée, de danser et de chanter.Pour se reposer aux Australes, lors de votre voyage, il existe de charmantes petites pensions de famille, toujours très bien entretenues et qui seront le point de départ de nombreuses excursions. L’une des plus spectaculaires se fait à Rurutu qui possède des grottes calcaires percées à flan de falaise. Dans ces cavités, l’érosion a fait naître de la pierre, stalactites et stalagmites. L’une d’elles, servait autrefois de cloche au chef du village qui souhaitait
rassembler ses disciples. Ces cavernes sont le souvenir du soulèvement cataclysmique qui projeta ces anciennes grottes sous-marines jusqu’à leur emplacement actuel.

Mais les Australes ont bien d’autres trésors. On y trouve notamment le caviar vert. Il s’agit d’une petite algue qui pousse sur les coraux à quelques mètres de la barrière. Facile à ramasser, elle très réputée à l’étranger. Le plat d’algue est préparé très simplement avec un peu de lait de coco et de citron vert. C’est son goût salé et croquant qui rappelle à certains la saveur du caviar.Ceux qui ne ramasseront pas les algues du lagon, profiteront des ressources de la mer. Thons, bonites, et autres poisons, se pêchent dans les eaux des Australes. Et tandis que certains adoptent les moyens modernes pour attraper le poisson, d’autres préfèrent les méthodes traditionnelles.

Souvent pratiquée en famille, la pêche est enseignée très tôt aux tout petits. Très pratiquée autrefois, il en est une cependant, qui ne reste qu’un souvenir : la pêche à la baleine. Ces énormes mammifères, que l’on peut approcher lors de plongée sous-marine, viennent aujourd’hui tranquillement sillonner les eaux des Australes. A Tubuai, on pratique la pêche à la pieuvre.
De son encre, mélangée à du taro, on fera le « tutaefe », appât très spécifique de cette île, et grâce auquel aucun pêcheur ne pourrait, aux dires des habitants, rentrer bredouille. « C’est comme ça la vie ici? c’est comme ça ! »

Réalisation: Claire Schwob
Réalisation: Claire Schwob Production : Tahiti nui companies
Type : Série de mini documentaires Thème : Voyage au coeur des archipels Titre : Motu Atea Synopsis : située en plein coeur de l’océan pacifique, à 17 000 km de la France, la Polynésie Française est composée de 118 îles et atolls regroupés en cinq archipels. Tous ont une âme et des spécificités bien différentes, que l’on découvre toujours avec émerveillement : la vannerie des Australes, l’artisanat des Marquises, la perliculture aux Tuamotu Gambier … Durée unitaire : 7 minutes 30 Episodes: 11 Langue : français Formats : 4/3

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Si vous avez aimé cette article, vous aimerez aussi :

Partagez !
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Share On Youtube
Contact us