Mis en ligne dans Chaîne Découverte, Histoires de Polynésie | 0 commentaire

C’est autour de cette rade que le pasteur Crook et les missionnaires de la London Missionary s’installent. Le port commence à attirer baleiniers, navires de commerce et même bâtiments de guerre. En 1843, ce village naissant, devient la capitale du protectorat français et la reine Pomare IV comprenant l’importance que prend ce lieu y installe sa demeure. La Vaiete qui traverse les terres royales donne son nom à la ville, Vaiete, Papeete, panier d’eau, c’est en effet là que les habitants autrefois remplissaient leur gourde qu’ils transportaient ensuite dans des paniers tressés.

Si les missionnaires anglais ont bien crée la ville et ont permis aux Pomare d’assurer leur pouvoir ils furent contraints d’accepter la venue de prêtres catholiques qui eux choisirent de s’établir dans un autre quartier. Sur les terres de la mission, défrichées, mises en valeur, un bâtiment à étage, l’évêché, garde en mémoire le souvenir de ces religieux pionniers. L’escale Tahitienne est de plus en plus appréciée et les années passant les rues se dessinent au milieu des grands arbres, rues commerçantes qui vont se multiplier et la ville devenue centre administratif et commercial ne cesse depuis de se moderniser de s’agrandir, de grimper sur les collines ou de gagner sur la mer. Elle a peine à garder quelques espaces verts.

Entre deux parking de la place Tarahoi, le buste du sénateur Pouvana’a, figure emblématique de l’autonomie Polynésienne, veille sur la petite cité. Avec l’arrivée du centre d’expérimentation du Pacifique, la Polynésie rentre dans une ère nouvelle de consommation dont Papeete est le reflet tangible alors on commence à vivre à manger à s’amuser et à chanter autrement. Et la ville depuis refuse d’être à la traîne de la modernité sans vouloir pour autant jouer à Hawaii ou à la Californie, car elle désire avant tout garder son âme, son âme Tahitienne.

Pour tout le monde Papeete est devenue le centre obligé du travail d’où il est bon de s’échapper en fin de semaine en faisant le tour de l’île par exemple. Chacun le fait à sa manière, a ses haltes de prédilection, on part par l’est ou par l’ouest mais ce qui est sûr c’est que le meilleur tour de l’île se fait aujourd’hui en 4X4, et glacière, guitare, ukulele sont souvent du voyage. On ne sait quand il se terminera, aujourd’hui peut être ou peut être demain. La jeunesse de Tahiti, héritière de cultures diverses marie avec plus ou moins de bonheur tatouage et pierrier, pareo et jean, street dance et tamure, quand ce n’est pas Mac Do et taro. Quoi qu’il en soit elle est visiblement décidée à se trouver à travers toutes ces influences une identité propre, une identité polynésienne.

 »<strong>Réalisation</strong>
				:' />
				<span class=
Type : Série de mini documentaires Thème : Visite guidée de l’île de Tahiti Titre : Histoires de Polynésie Synopsis : district par district, une manière de découvrir ou de redécouvrir avec émotion une île de Tahiti comme vue de l’intérieur. Des ingrédients variés pour une vision authentique loin des clichés, visite des lieux incontournables mais également poésie polynésienne au menu. Durée unitaire : 7 minutes 30 Episodes: 6 Langue : français Formats : 4/3
 »Réalisation:  »Production

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
L'anémone et le poisson clown en Polynésie française
L'anémone de mer est un animal appartenant à l'embranchement des méduses et des coraux. Dépourvue de squelette, c'est un animal primitif. Les anémones de mer sont également appelées orties de m...
Tahiti.tv news : le festival international du film océanien (Fifo)
Heremoana Mamatuaiautapu, vice président du FIFO : je pense que le Fifo, on n'arrête pas de le dire depuis le début, cela apporte déjà un regard sur l'Océanie, un regard un peu particulier à un...
Heidi Yieng Kow, femmes et écritures
J'ai fait des études, en fait j'ai fait un concours surtout pour avoir un travail, j'ai postulé et j'ai eu la chance d'être prise. J'ai fait trois ans de formation à Bordeaux après la Licence en ...
Vaihere Cadousteau, femmes et écritures
Je m'appelle Vaihere Poe Cadousteau, je suis enseignante au collège de Tipaerui, j'enseigne le français et je suis également auteure pour le groupe de danse Tamarii Tipaerui à l'occasion des Heiva...
Top