Mis en ligne dans Chaîne Actualité, Tahiti.tv news, économie | 0 commentaire

Richard Bailey : les hôtels sont de très grands consommateurs d’énergie, surtout dans les tropiques, nous utilisons beaucoup la climatisation, et dans les pays insulaires comme celui-ci, ça coûte très cher, le coût de l’énergie est très élevé, donc naturellement quand nous avons voulu faire un nouvel hôtel à Bora Bora, nous avons commencé à chercher des sources d’énergie renouvelables et moins coûteuses.

Premier mai 2006, après 27 mois de travaux, l’hôtel Intercontinental Resort Thalasso Spa ouvre ses portes à Bora Bora en Polynésie française. C’est le premier centre de thalasso thérapie du Pacifique sud à utiliser l’eau de mer profonde pour les soins mais surtout le premier complexe hôtelier à se servir de cette source d’énergie pour la climatisation de l’ensemble des bâtiments.

John Craven : si nous voulons climatiser un immeuble, nous pouvons le faire de deux façons différentes. Nous pouvons utiliser l’électricité produite par l’énergie thermodynamique des mers pour faire fonctionner les climatiseurs conventionnels ou nous pouvons utiliser directement l’eau des mers profondes, la faire passer dans un échangeur thermique, mettre un ventilateur derrière et avoir de l’air conditionné directement avec l’eau froide des profondeurs. Nous nous sommes aperçus que la dépense d’énergie de ce système par rapport au premier est de un pour cent !

C’est aussi une grande avancée pour la protection de l’environnement. Moins de bruit, pas de rejet de chlorofluorocarbone, connu sous le nom de CFC et responsable de la destruction de la couche d’ozone, et moins de consommation d’énergie. Il aurait fallu 2 millions 5 de litres de fuel par an pour climatiser cet ensemble.

Richard Bailey : nous sommes extrêmement satisfaits du fonctionnement, du résultat et du système. Les températures fournies sont tout à fait satisfaisantes. Nous sommes tellement confiants dans l’utilisation de cette technologie que nous voudrions l’étendre, tant dans de futurs projets hôteliers que sur d’autres projets même industriels sur Tahiti ou sur d’autres îles de la Polynésie.

Ed Begely : je pense que ce système va fonctionner pendant très très longtemps, non seulement pour cet hôtel, mais pour tous ceux à venir se servant de cette technologie car ce principe sera de plus en plus utilisé.

John Craven : Tahiti a montré la voie. Le système fonctionne et nous le citerons en exemple de ce vers quoi devrait évoluer le développement durable dans tous les pays insulaires du monde.

<strong>Réalisation</strong>
				: Claire Schwob' />
				<span class=
Type : Série de magazines Thème : L’actualité économique de la Polynésie française Titre : Tahiti nui news économie Synopsis : Tahiti.tv, News accueille les acteurs du développement économique, touristique et évènementiel de la Polynésie française. Durée unitaire : 5 minutes Episodes: 10 Langue : français Formats : 4/3
Réalisation: Claire Schwob Production : Tahiti nui companies

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Commentaires

Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Histoire d'eau : farandole de poissons
Demoiselles, poissons clowns, perches soleil... toutes les petites espèces de poissons vivent en parfaite harmonie dans les lagons limpides de Polynésie. A peine quelques mètres de profondeur et...
Talents: la création d'un costume de danse
Chaque année, lors des festivités du heiva i Tahiti qui se déroule chaque année à Papeete (Polynésie française), les costumes de danse accompagnent chaque pas, chaque geste des danseuses et dan...
Les fêtes de juillet (1). Si Tahiti m'était conté
L'un des phénomènes typiquement tahitien est l'usure du temps et la perte de sa notion. C'est pourquoi la préparation des fêtes du 14 juillet prend plusieurs semaines. Ici, les Tahitiens s'entra...
Mickaël Kautai est électricien frigoriste
est électricien frigoriste Cela va faire trois ans aujourd’hui que je me suis mis à mon compte. L’idée m’est venue par la force des choses, lorsque j’ai travaillé à Cegelec et Techno...
Top