Je m’appelle Patrick Guichard, je suis peintre autodidacte amateur, je suis né en Métropole, j’ai 59 ans bientôt ; je suis un ancien instituteur et ré éducateur et je peins depuis l’âge de sept ou huit ans.
Je me suis tout de suite intéressé à la peinture et j’ai approfondi mes connaissances quand j’étais principalement au lycée, dans les bibliothèques, en visitant des musées… j’étais très influencé, très fortement influencé par les impressionnistes, après j’ai eu un petit moment d’arrêt dans ma découverte de la peinture quand j’ai touché un petit peu l’art abstrait, ou disons, un art plus libre ou le cubisme…

J’ai deux parties dans mon travail : j’ai une partie (je ne fais pas de hiérarchie dans le distingo que je vais faire), une partie qui serait artisanale, où j’aime bien travailler la dorure ou la feuille d’argent. Je fais d’abord un enduit pour essayer de donner des formes un peu de volumes, pas tout le temps mais parfois, ensuite j’ai cette partie artisanale où j’essaie de recouvrir de feuilles d’or ou de feuilles d’argent ou de feuilles de cuivre… Je me retrouve donc avec un support qui capte énormément la lumière, et là, j’essaie de le patiner, de le vieillir, d’en faire tout à fait autre chose, et même des fois, de le faire disparaître carrément.

J’aime bien utiliser de la feuille d’or, de la vrai feuille d’or, 24 carats, ça ne coûte pas une fortune, mais le symbole est là quand même : l’or et l’argent… et j’aime bien le faire disparaître, le patiner, le salir et je me sers de lui comme l’or se sert de nous, dans notre société, l’or et l’argent, tout est basé là-dessus, et je me sers de lui et j’en fait ce que je veux. Ca a un côté sympathique de prendre, un peu entre guillemet, le pouvoir sur ces matériaux, je dirais, « nobles », nobles dans la société dans laquelle on est.

J’ai découvert la Polynésie en 1984. Je me pose la question, mais sûrement qu’il y a quand même quelque chose dans ma peinture qui vient d’ici. Peut-être une certaine symbolique, sûrement une certaine liberté, sûrement un certain « mana » peut-être, un certain pouvoir, le pouvoir d’ici, de la Polynésie qui ne laisse personne indifférent… donc il y a quelque chose. Je me suis aussi, à certains moments, inspiré des tatouages, des tikis, du bleu du ciel, etc. Mais je fais peu de concession, j’essaie d’être moi-même. Je peins d’abord pour moi, c’est la première des choses, c’est un postulat, je peins pour moi, tout en respectant les gens qui regardent ma peinture et qui s’en portent acquéreur.

Je n’ai pas vraiment d’œuvres préférées, j’ai des moments où je les ai faites que je préfère. C’est plus le temps de la réalisation, le moment de la réalisation qui a de l’importance, plus que le fini, le rendu. C’est ce tableau, je peignais à ce moment-là (ça a été réalisé au Méridien) plutôt ce qui se trouve derrière moi, c’est-à-dire des tryptiques de feuilles d’or où le travail est assez précis, assez méticuleux…

Donc j’étais ici, à l’atelier, on était tous les deux avec Miguel, et il y avait de la musique ambiante, et Dominique Michaud, le directeur du Méridien, avait amené un CD sur lequel il y avait une chanson de Baschung « La nuit je mens ». Et je ne sais pas… J’ai été ému parce que c’était juste après la mort d’Alain Baschung que je venais de voir à la télévision à la remise d’une récompense et j’ai appris son décès… j’ai été ému par le courage de cet artiste ; sa physionomie avait complètement changé mais l’homme était encore plus vivant j’ai l’impression qu’habituellement. C’est assez émouvant d’en parler…

J’avais donc ce tableau-là qui était déjà commencé et je n’avais pas d’autre support et j’ai effacé ce que j’avais fait à l’acétone, j’ai vraiment malmené le tableau et je me suis mis à peindre ce tableau-là en écoutant les morceaux sans prendre un mot et essayer de retranscrire une image, en essayant… une ambiance, un ressenti, une grande émotion. J’ai ressenti une grande émotion et c’est pour cela que je préfère le moment que le fini lui-même. C’était le moment le plus important, c’est pour ça que ce tableau a une grande valeur, pour moi, une grande valeur sentimentale.

Réalisation : Claire Schwob
Réalisation : Claire Schwob Production : Creative.tv
Type : Série de magazines Thème : Portraits d’artistes polynésiens Titre : Talents Synopsis : « Talents » nous entraine à la rencontre des créateurs polynésiens : peintres, sculpteurs, écrivains, musiciens, chanteurs, danseurs,… à travers des portraits intimistes des artistes et de leurs oeuvres. Durée unitaire : 4 minutes Episodes: 8 Langue : français Formats : 4/3

Tahiti.tv, la webtv de Tahiti et ses îles : votre voyage virtuel en Polynésie française à travers des centaines de vidéo

Si vous avez aimé cette article, vous aimerez aussi :

Partagez !
Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest
Share On Youtube
Contact us