Vidéo(s) intégrant le mot clé : "harpon"

Les chinois et les pĂȘcheurs tahitiens. Si Tahiti m’Ă©tait contĂ©

Mis en ligne dans ChaĂźne tradition, Tahiti d'antan | 0 commentaire

Les chinois et les pĂȘcheurs tahitiens. Si Tahiti m’Ă©tait contĂ©

L’asiatique loge souvent dans une habitation exigĂŒe et vĂ©tuste comme celle-ci. Mais il est prĂ©cieux en ce pays oĂč l’on peut penser que sans le chinois le marchĂ© serait dĂ©pourvu de lĂ©gumes. Quel est l’europĂ©en, ou le Tahitien, qui cultiverait choux, haricots, salades, sur des pentes Ă  45 degrĂ©s et sous un soleil tropical ? Qui transporterait l’eau Ă  dos d’homme et dĂ©brousserait dix fois avant de rĂ©colter ? Seul, le chinois accepte de poursuivre dans un opiniĂątre silence l’ingrat travail d’une terre peu gĂ©nĂ©reuse. Celui-lĂ  livre le pain qu’il authentiquement pĂ©tri Ă  la sueur de son front la nuit et sans...

en savoir plus

La prĂ©paration du four traditionnel (1). Si Tahiti m’Ă©tait contĂ©

Mis en ligne dans ChaĂźne tradition, Tahiti d'antan | 0 commentaire

La prĂ©paration du four traditionnel (1). Si Tahiti m’Ă©tait contĂ©

Initions-nous Ă  la prĂ©paration du four tahitien. Premier mouvement : creuser une fosse d’environ un mĂštre de diamĂštre. On y allume un bon feu de bois. Le feu bien vif est recouvert de pierres volcaniques qui offrent la propriĂ©tĂ© de rougir au feu sans se briser. Mais pour atteindre ce rĂ©sultat, il faut compter deux heures. Pendant ce temps, procurons-nous les aliments nĂ©cessaires. On apporte des taro, lĂ©gume fĂ©culent puis les uru, fruits de l’arbre Ă  pain qui seront immĂ©diatement Ă©pluchĂ©s Ă  l’aide d’un coquillage sciĂ© en deux. Poto est universel, sous l’eau comme sur les arbres, il est Ă  l’aise. Les pieds sanglĂ©s...

en savoir plus
Top